SUR LES PAS DES HUGUENOTS

Jonction du Luberon au Chemin des Huguenots

L’ambition de l’Association d’Etudes Vaudoises et Historiques du Luberon (AEVHL) est d’opérer la jonction du Luberon au tracé existant du Chemin des Huguenots en collaboration avec des partenaires drômois et d’en faire un itinéraire associé au GR®965 porté par l’Association nationale « Sur les pas des Huguenots » (ANSPH).

Depuis fin 2015, l’ensemble du projet de jonction a été repris dans le cadre d’une étude de faisabilité d’un « itinéraire de randonnée pédestre consacré aux patrimoines huguenots depuis le Luberon jusqu’au Vercors » pilotée par le Parc Naturel Régional des Baronnies Provençales (PNRBP) et confiée au bureau d’étude CONSULTERRE.

« Sur les pas des Huguenots et des Vaudois », un Itinéraire Culturel Européen (ICE)

Projet de coopération européen, il est mené conjointement en France, en Allemagne, en Suisse et en Italie. Il est financé par diverses collectivités publiques et par la Communauté européenne.

Il porte sur la création et la gestion d’un sentier international de grande randonnée de 1800 km, suivant le tracé historique de l’exil des huguenots à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes (1685-1690), depuis le Dauphiné, les Cévennes et le Queyras jusqu’au nord de l’Allemagne, à Bad Karlshafen, en passant par Genève, Schaffhausen et Francfort.

Il répond au souhait des descendants de ces huguenots de mettre leurs pas dans ceux de leurs ancêtres lorsqu’ils ont dû fuir et quitter pour toujours leur pays et leur famille.

Au-delà de la randonnée, « Sur les pas des Huguenots et des Vaudois » veut :

  • Mettre en valeur les patrimoines historique et culturel locaux ;

  • Contribuer au développement économique des territoires qu’il traverse ;

  • Participer à la construction de l’identité européenne par la médiatisation de l’histoire des Huguenots et des Vaudois, en devenant un lien entre les Musées du Protestantisme européens ;

  • Susciter un autre lien avec les questionnements sociétaux actuels en matière de migration et d’intégration, en s’appuyant sur les thématiques de l’exil et de la tolérance.

La partie française de l’ICE est portée par l’Association nationale « Sur les pas des Huguenots » (ANSPH). Son tronçon initial (375 km), du Poët Laval dans la Drôme à Genève, a été certifié par l’Institut Européen des Itinéraires Culturels en mai 2013.
Il a été homologué sous la forme du GR®965 en 2015.
Sa branche cévenole (330 km), partant de Mialet, l’a rejoint à Die en 2017.

L’itinéraire partant du Queyras (100 km), de Brunissard à Torre Pellice en Piémont sur la partie italienne de l’ICE, a été inauguré en 2018.

Une branche provençale (180 km) du tronçon initial, partant du Luberon pour le rejoindre à Châtillon-en-Diois, est en cours de finalisation ; elle est décrite plus loin.

Grande itinérance

« Sur les pas des Huguenots et des Vaudois » contribue au développement de la grande itinérance, dont des études récentes ont montré que : (i) elle est devenue un levier fort de développement économique et

de coopération entre les territoires, ainsi qu’un puissant facteur d’attractivité ; (ii) elle se pratique sur une saison estivale plus longue que pour la randonnée classique, avec une fréquentation significative sur les

« ailes de saison » ; et (iii) Ses adeptes, dont 50% sont étrangers, ont un bon niveau d’études, un bon pouvoir d’achat et un fort niveau d’informatisation. Les randonneurs itinérants ont un fort recours à l’hébergement marchand, et dépensent de 15 à 20 % de plus par jour que les autres randonneurs.

Fréquentation et animation du tracé existant

La fréquentation du tracé existant augmente régulièrement. En 2017, en début de randonnée, il y a eu environ 2000 passages pédestres dont la moitié relève de la grande itinérance (au moins 3 jours de randonnée sur un itinéraire). Chaque année, plusieurs manifestations culturelles d'envergure nationale ou plus locale sont organisées dans les différents territoires le long du tracé français.

Liens entre les musées du protestantisme 

Dès maintenant, l’ICE « Sur les pas des Huguenots et des Vaudois » constitue un lien entre 6 Musées : le Musée du Désert à Mialet, le Musée du Protestantisme Dauphinois à Poët-Laval, le Musée Vaudois de Torre Pellice, le Musée Internatioal de la Réforme à Genève, le Musée Vaudois de Schönenberg et le Musée Huguenot de Bad Karlshafen.

Un 7ème Musée rejoindra bientôt ce groupe avec celui sur les Vaudois du Luberon à Mérindol.

Le Futur Itinéraire Associé « LUBERON – BARONNIES - DIOIS »

De Mérindol (Vaucluse) à Châtillon-en-Diois (Drôme), en passant également par quelques localités des Hautes-Alpes, le sentier des exils huguenots proposé par l’étude de faisabilité mesure environ 180 kilomètres. Il utilise en très grande partie des réseaux de sentiers balisés.

Il comprend 13 étapes, avec une moyenne de 14 kilomètres par étape. Chaque étape fait l‘objet d’une présentation détaillée : Caractéristiques (longueur, altitude, profil et dénivelés), Cartographie, Foncier, Infrastructures (voies, balisage et signalétique, entretien et travaux nécessaires, gestion, possibilités VTT et équestres), Services (hébergement, ravitaillement, eau potable), Description (avec l’information pertinente dans les domaines historique et culturel).

.

  • w-facebook